Accueil
Membres
Groupes
Profil
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ProfilProfil  MessagerieMessagerie  Déconnexion [ Yumeko ]Déconnexion [ Yumeko ]  
Messagerie
Connexion
Déconnexion
S'enregistrer
FORUM FERME

Les Gardiens, c'est fini ! Malgré tous nos efforts, le forum ne vit plus. Mais vous pouvez nous rejoindre sur Omenirea Nemuritori !

Partagez | 
 

 Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Solveig V. Svensen
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 24
Carnet de Voyage : ICI

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]   Mar 23 Sep - 9:27


« Une foi n'est tolérable que si elle est tolérante »

Nom : Svensen
Prénom : Solveig, Vincent
Âge : 29 ans
Genre : Masculin
Avatar : The Emperor, par JaneMere (lien)

Caractère :
Nombreux sont ceux qui font l'éloge du plus jeune Père Supérieur jamais nommé. Cela me fait souvent sourire, mais je tiens cependant à remettre assez souvent les choses à leur place. Je ne voudrais pas paraître pour plus que ce que je suis réellement. Certains diront que je suis modeste, mais c'est avant tout pour ne pas donner de faux espoirs à ceux qui les écoutent.
Cependant, je dois bien avouer que plusieurs adjectifs reviennent souvent, et correspondent parfaitement à la réalité. On me dit réfléchi, et il est vrai que j'apprécie de tourner et retourner une situation ou une hypothèse plusieurs fois dans mon esprit avant de donner mon avis. Je ne prendrais jamais une décision à la légère, et j'essaie d'être le plus juste possible. Dans la même branche, il se dit souvent que je suis sage. Surtout comparé à mon jeune âge. J'ai toujours été plus mature que les autres jeunes... Il paraît, en tout cas. Pour ma part, je ne me juge pas spécialement plus ou moins mature que les autres. Chacun à sa façon de penser, et je ne souhaite pas me mettre ainsi au dessus des autres.

Cependant, il y a quelques points que peu de personnes connaissent. Je ne m'entoure que peu, et lorsque quelqu'un compte réellement pour moi, cette personne découvrira rapidement combien je peux être curieux. J'ai toujours eu soif de connaissance, et mon incapacité à lire ne m'a pas arrêté dans cette quête, puisque certains de mes amis apprécient de me lire certains livres. Je trouverais toujours un moyen pour apprendre ce que je souhaite découvrir.
Ces mêmes personnes savent parfaitement que je suis, malgré ce que les apparences peuvent laisser penser, incroyablement jaloux. Tout ceux qui ont connu mon précepteur peuvent en attester, puisque je n'ai jamais laissé quelqu'un d'autres que moi avoir autant d'attention de sa part. Je ne supportais pas de le voir s'occuper de quelqu'un d'autres... Une réaction assez infantile, oui, mais je suis ainsi, je ne parviens pas à m'en empêcher... Ou en tout cas, pas longtemps.
A ce côté jaloux se rajoute une forte tendance à surprotéger ceux qui me sont chers... Mais aussi tout les autres. J'apprécie de savoir que tout le monde est en sécurité, et place une grande importance dans ce trait de ma personnalité. Je ferais mon possible pour protéger mes amis, et tout ceux qui en ont besoin.

Classe Sociale : Grande Bourgeoisie
Métier : Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen
Lieu de Naissance : Paävet
Affiliation : L'Eglise de Skaparen, l'Eglise des Gardiens.

Physique :
Taille : 1m70.
Corpulence : Fine
Cheveux : Entre le blanc et l'argenté. Il paraîtrait que des reflets bleus y dansent lorsqu'il y a du soleil.
Yeux : Gris, légèrement vitreux à cause de ma cécité
Signe(s) Distinctif(s) : Aveugle
Style Vestimentaire :
Je porte surtout des couleurs pâles, du bleu, blanc, et de l'argenté.



Histoire :
Je souris tendrement en direction de la personne qui venait de me parler. Je réponds à ses questions avec calme, avant d'incliner la tête pour le saluer alors qu'il sort, après une longue conversation.

J'attends de ne plus entendre ses pas dans le couloir pour me relâcher un peu, poussant un petit soupir et me passant une main sur le visage. Je finis cependant par me lever du fauteuil où je suis assis, marchant aisément jusqu'à une petite porte pour la pousser. Je connais les moindres recoins de cette pièce par coeur. Oh, combien de temps ais-je tâtonné partout pour mémoriser chaque objet ? Pour être certain de ne rien oublié, de connaître ce qui m'entoure ? Je ne m'en souviens plus réellement. Il faut dire que j'ai parfois un peu de mal à me représenter le temps qui passe, moi qui suis plongé dans les ténèbres à longueur de temps... Heureusement que le clocher est là pour me rappeler l'heure.
Je laisse mes doigts glisser contre le bois de la table de chevet se trouvant dans ma chambre, pensif et souriant encore légèrement. Comme souvent, mes pensées se tournent vers mon enfance, et, alors que je m'assois sur mon lit après avoir retiré mes vêtements pour enfiler une chemise de nuit, je me surprends à repenser au jour où j'ai rencontré celui qui changea ma vie.

Lorsque j'étais enfant, j'étais quelqu'un d'assez timide. Ma cécité ne m'aidait pas à m'intégrer, et je restais souvent seul, dans le parc du manoir où je vivais, à caresser et triturer le tissu élimé qui me servait de doudou.
C'était un jour comme les autres et pourtant, tellement différent...  

Je vous avais très distinctement entendu passer en parlant, accompagné par d'autres personnes, et je n'avais qu'à peine relevé la tête vers vous pour vous saluer. Après tout, il était courant que ma famille reçoive de la visite... Cependant, je tournais la tête vers vous en vous entendant faire soudainement demi-tour. Les autres adultes vous demandèrent ce que vous faisiez, alors que vous vous agenouilliez devant moi. J'avais sursauté en sentant votre main se poser sur ma joue, frémissant ensuite à la douce chaleur qui s'en dégageait. Nous avions échangé quelques mots. Mon nom, le votre... J'appris ainsi rapidement que vous étiez précepteur de l’Église.
Vous aviez fini par me prendre dans vos bras, soulevant mon corps comme s'il avait été fait de paille. Vous me sembliez tellement puissant ! Mes doigts s'étaient rapidement égarés sur votre visage pour mieux vous connaître, vous faisant rire...
Vous m'aviez ensuite ramené devant mes parents. J'étais monté dans ma chambre, vous laissant discuter avec eux... Puis, quelques heures après, alors que je jouais avec des cubes en bois, vous m'aviez rejoins dans ma petite chambre, vous étiez assit en face de moi, puis m'aviez ébouriffé les cheveux, me faisant pousser un petit couinement outré.

Ah, je me souviens encore de votre réaction, ce jour-là... Vous aviez éclaté de rire, et j'avais gonflé les joues, vexé d'une telle réaction. Vous vous étiez cependant bien vite calmé, pour me proposer de venir avec vous.

La surprise avait dû marquer mes traits, puisque vous vous étiez ensuite chargé de m'expliquer votre proposition, avec le calme et la douceur que j'ai toujours apprécié en vous.
Vous m'aviez ensuite laissé seul pour que je puisse réfléchir tranquillement. J'avais à peine 8 ans, et j'étais sans doute encore un peu jeune pour prendre une telle décision seul... Mais mes parents refusèrent de me donner leur réaction face à cette proposition. Sans doute voulaient-il que je fasse un premier pas tout seul, moi qui avais toujours été très dépendant d'eux...

C'est à peine quelques jours plus tard que je partis de chez mes parents, mes affaires dans une petite malle que vous aviez pris sur votre épaule, me prenant la main de votre main restée libre. Nous avions ensuite marché. J'habitais dans un petit village, non loin de la capitale, et nous avions fait le chemin à pied.
Je n'avais pas l'habitude de marcher autant. Je n'avais pas l'habitude de marcher tout court. Alors, pour me distraire de ma fatigue et de la tristesse qui commençait à poindre de me sentir loin de mes parents, vous aviez parlé, parlé, et parlé encore. De tout ce qui vous passait par la tête. De ce que j'allai trouver une fois arrivé, des champs qui se trouvaient autour de nous alors que nous marchions, des couleurs chatoyantes et des formes des arbres, des fleurs, des épis de blés...


Je pousse un petit rire et finis par me décider à me coucher, rabattant les couvertures sur mon corps tout en fermant les yeux. Oui, vous m'aviez bien rapidement donné l'envie de connaître ce qui m'entourait. Vous étiez fort pour cela... Et mon côté curieux ne m'aidait pas à faire taire la soif de connaissance qui était mienne. Encore maintenant d'ailleurs...
Mais mes pensées se retournent bien vite vers la vie que j'ai vécu avec vous.

Les années étaient somme toute passée assez rapidement. Je sentais que vous étiez fier de moi, et je faisais tout pour ce que soit réellement le cas. Grâce à vous et à vos conseils, je m'étais peu à peu lié d'amitié avec d'autres personnes. Des jeunes de mon âge, mais aussi des personnes plus âgées. Peut être était-ce parce que j'étais très souvent avec vous, mais nombreux étaient ceux qui disaient que j'étais bien plus mature et sage que ce que mon âge pouvait laisser croire.

Est-ce grâce à cela que je suis monté aussi rapidement au sein de la hiérarchie ? Je dirais plutôt que c'est grâce à vos conseils, et à la foi que je porte en ce monde. Je n'aurais jamais réussi sans vous...
Cependant, il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin... Mais la votre me laisse un goût amère en bouche. Elle m'avait été rapporté l'année de mes 19 ans. Mais je m'en souviens comme si c'était hier... Vous étiez parti en voyage à Leipnir, je ne sais plus exactement pourquoi... Mais sur le chemin, un puissant orage a fait chavirer le navire sur lequel vous vous trouviez. Nous étions proche de l'hiver... Et votre corps n'a pas supporté bien longtemps la froidure de l'eau dans laquelle vous étiez. Vous êtes mort d'une pneumonie après avoir combattu la maladie pendant deux semaines, alors que vous aviez survécu à la tempête...

J'ai été horriblement touché par cette nouvelle. Je me souvenais encore de la chaleur de votre main, alors que vous m'ébouriffiez une dernière fois les cheveux, comme vous en aviez l'habitude, avant de partir. Je me souviens encore de vos derniers mots... "Je reviendrai dans deux mois".
Et vous n'êtes jamais revenu...

Mais cela n'a pas ébranlé ma foi et mon envie de vous rendre fier de moi. Je redoublais d'efforts dans tout ce que je faisais, et certains disent encore que c'était pour cacher la tristesse et la douleur de votre disparition. Je passais cependant les différents échelons à une vitesse folle, moi-même surprit par une telle avancée.
Je n'aurais jamais cru possible ce qui m'arriva l'année de mes 26 ans. Je faisais alors partie des Enfants de l’Église, et accomplissait mon devoir avec zèle, comme à mon habitude.
Mais le Père Supérieur nous quitta, et bien vite, il fut nommé un remplaçant... Moi. Un long silence avait suivit l'annonce de cette décision, et je ne pouvais pas croire en ce que j'avais entendu. Pourtant... Pourtant, je finis par sortir de ma torpeur, me levant doucement de mon siège pour m'avancer, m'inclinant devant tous, la gorge nouée par l'émotion.
J'étais tellement surpris... Et je le suis encore, d'ailleurs.

Cela fait trois ans que je suis à ce poste, et il me rempli d'honneur et de joie. Cependant, je n'apprécie pas réellement certains aspects de l'ordre que je commande, à présent.
Bien sûr, je réprime les actes chaotiques des 6 Gardiens du Chaos. Mais je ne pense pas que l'Ordre seul soit capable de faire fonctionner le monde. La mort et la destruction fait partie intégrante de notre vie, et si seul l'Ordre doit exister... Pourquoi Skaparen aurait-il laissé les Gardiens du Chaos ? Je pense au contraire que nous nous devons d'être plus tolérant envers eux. Le monde ne saurait survivre si l'Ordre ou le Chaos régnait en seul maître.
Il nous faut trouver le juste milieu. Je m'y efforce, et j'espère que je parviendrais à faire changer la perception de l’Église sur ces points.

Pouvoir, Capacités Particulières & Magie :
Aveugle de naissance, j'ai appris bien rapidement à me servir de mes autres sens pour pallier à ce manque. Mon ouïe et mon sens du toucher sont donc légèrement supérieurs à ceux des voyants, sans pour autant être exceptionnels.
De même, j'ai un très bon sens de l'équilibre. Certains diront que je suis capable de détecter le mensonge. C'est faux. Effectivement, ceux qui n'ont' pas l'habitude de mentir le font mal, et je l'entends dans leur voix. Mais de là à dire que je les détecte... J'ai aussi un don pour détecter les escaliers. Mais disons que cela est dû à l'habitude !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Halli Mellisen
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 30/06/2014

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]   Mar 23 Sep - 10:38

Je valide cette prez, et comme ma parole fait presque office de loi, tu es validé o3o
Quoique ... j'hésite un peu avec le nom de l'hébergeur d'image ... Non mais, oh, on fait pas seulement du Yaoi, ici !!

Allez, blagues à part, il faut que tu complètes ton carnet de voyage ainsi que faire une demande de rp auquel l'un de nos charmants membres répondra sans doute (tu peux aussi passer par la cb/mp o3o).
Revenir en haut Aller en bas
Solveig V. Svensen
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 23/09/2014
Age : 24
Carnet de Voyage : ICI

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]   Mar 23 Sep - 10:46

Merciiii ! ♥
Et je ne rebondirais pas sur le thème du yaoi... xD

Je vais faire ça de suite ! o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Solveig, Père Supérieur de l'Eglise de Skaparen [FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Stratégie contre une équipe supérieur
» problème armure rang supérieur
» Armure rang supérieur
» Les animes qui sont supérieur au manga?
» Bâton du juste supérieur (à vendre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Gardiens :: Prologue :: Vie du Personnage :: Présentations :: Présentations Validées-